Aller au contenu
Accueil » Articles » Liberté financière : mythe ou réalité ?

Liberté financière : mythe ou réalité ?

Visuel de l'article liberté financière mythe

Depuis quelques années, on voit un nouveau mouvement émerger. 

L’idée ? Nous aspirons tous et toutes à plus de libertés (professionnelle, géographique, de mœurs…). Et l’un de ces points est celui de la liberté financière. Et c’est un excellent signal. En effet, gérer efficacement ses finances personnelles est un formidable vecteur d’émancipation. C’est d’ailleurs ce qu’ont compris le mouvement FIRE (Financial Independence, Retire Early) qui met en avant un mode de vie ascétique et une maximisation de l’épargne et de l’investissement dans l’objectif de partir à la retraite le plus tôt possible, idéalement avant 40 ans. 

Mais concrètement, est-ce possible ? Quel niveau de revenu et volume d’argent faut-il avoir pour prétendre à cette philosophie ? Dois-je changer de travail ? Quelles actions mettre en place ? Quelles sont les limites de cette vision ? 

On en parle en détail dans ce guide dédié à la liberté financière.

Qu’entend-on concrètement par liberté financière ?

Il existe une distinction entre indépendance et liberté financière. Explications.

Zoom sur la notion d’indépendance financière

Il y a deux approches possibles : 

  • La vision générique : Il s’agit d’atteindre un stade où vous avez suffisamment de ressources provenant de revenus passifs (immobilier, rente, placements financiers divers, etc…) pour couvrir vos dépenses quotidiennes, sans avoir besoin de travailler à plein temps.
  • La vision adaptée à chacun : La notion de liberté financière et surtout le montant dépend du mode de vie de chacun. Certains auront besoin de 2000€ quand d’autres chercheront plutôt à atteindre 10 000€ de rente mensuelle. Tout dépend de vos attentes, vos ambitions, vos moyens. C’est donc une notion qui doit être très personnelle.

Zoom sur la notion de liberté financière

Nous l’avons vu, l’indépendance financière permet de couvrir les besoins quotidiens (course, charges, etc…). Le concept de liberté financière va plus loin. Il s’agit de couvrir non seulement les besoins quotidiens mais également ceux associés au style de vie (loisirs, voyages, projets, etc…).

Qu’est ce que la notion de Money Smart ?

Avoir une liberté financière implique de maîtriser ses finances personnelles. Et pour être plus précis, c’est aussi et surtout l’opportunité de :

  • gagner en liberté
  • avoir de l’impact
  • financer et développer les projets qui vous tiennent à cœur
  • vous sécurisez financièrement pour votre retraite et faire face sereinement à des périodes de crise financière
  • prendre des décisions éclairées et ne plus « vous faire avoir » par des conseiller·re·s peu scrupuleu·euses

Bon à savoir : Investir pour pouvoir quitter un emploi qui vous déplaît a un nom outre-Atlantique : la f*ck you money. Le concept est simple : c’est la somme d’argent à partir de laquelle vous vous sentez suffisamment à l’aise pour dire : « Ciao, je m’en vais ! » à votre employeur·euse. Cette somme d’argent est alors synonyme de liberté.

Les 5 étapes de la liberté financière

Dans la notion de liberté financière, il peut y avoir différents niveaux.

Étape 1 - Survivre : Vous peinez à boucler les fins de mois.

Il vous arrive parfois d’être à découvert. D’un point de vue financier, la vie est un parcours du combattant. Mais votre épargne n’est pas encore constituée 

Durée < 3 mois

Étape 2 - Être en équilibre : Vos revenus excèdent vos dépenses,

En cas d’aléas importants dans votre vie, difficile de tenir plus de quelques mois avant d’avoir de réels problèmes financiers. D’ailleurs sur ce point, connaissez-vous le concept de rat-racing ? C’est un terme anglais qui désigne les salariés passant leur vie à courir, sans avancer. L’image ? Un rongeur dans sa cage. Cela fait écho à la surconsommation et à l’endettement. Une formulation un peu rude mais qui montre bien ce que de nombreuses personnes peuvent ressentir.

Durée < 1 an

Étape 3 - Être sécurisé·e : L’excès de revenus chaque mois a été, au moins épargné, au mieux investi.

Résultat, en cas d’arrêt de vos activités, une partie des revenus complémentaires et des stocks accumulés vous permettent de vivre. C’est le niveau auquel se situent beaucoup de ménages.

Durée : une valeur finie.


Étape 4 - Être indépendant·e financièrement : C’est lorsque vos revenus complémentaires générés par vos investissements compensent les revenus du travail.

Théoriquement, il est possible de vivre indéfiniment sur vos rentes. C’est un cap recherché par beaucoup. En revanche, une crise financière pourrait rebattre les cartes de votre indépendance.

Durée : infinie, mais le système générant ces revenus est fragile dans le temps.

Étape 5 - Être dans l’abondance financière : C’est lorsque vos investissements vous rapportent plusieurs fois vos dépenses mensuelles (au moins 5, voire plus).

Il s’agit d’un niveau de revenus si confortable qu’il vous met à l’abri des aléas économiques à vie.

Durée : infinie et certaine.

3 avantages au fait de travailler sa liberté financière

  • Gagner confiance en soi : Prendre le contrôle de ses finances, c’est aussi prendre le contrôle de sa vie, ses projets. On pense souvent qu’investir se résume à un sujet financier. Mais cela va bien plus loin – c’est un levier de développement personnel.Une étude conduite par JP Morgan en 2020 révélait qu’il existe des différences importantes en termes d’estime de soi entre les femmes qui investissent et celles qui n’investissent pas. 37% des investisseuses ont une estime de soi supérieure à la moyenne vs. 25% des non investisseuses.
  • Faire évoluer son rapport au risque : Et c’est très important quand on sait que la peur de prendre des risques est ce qui freine beaucoup d’entre nous dans des projets de vie majeurs comme changer de job, monter une boite ou encore s’expatrier. 45% des investisseuses associent le risque à des opportunités vs. seulement 28% des non investisseuses.

Créer de nouvelles voies : Se libérer financièrement, c’est aussi ouvrir la voie à de nouvelles opportunités (professionnelles, personnelles, etc…). Cela permet de prendre du recul sur le quotidien, de mieux se comprendre, et de développer des choses et projets que l’on a à coeur de mettre en place

6 règles d’or pour tendre vers la liberté financière

La liberté financière n’est pas réservée aux plus riches. Pour avancer sur le sujet, voilà quelques règles d’or à suivre : 

  1. Croyez en vous : En France, le sujet de l’argent est bien souvent tabou, et particulièrement chez les femmes. Ne vous fixez pas de limites ou barrières mentales. On parle aussi de croyances limitantes (“je n’y arriverai pas”, “ce n’est pas possible”, “je n’ai pas un revenu assez élevé”,”je n’ai pas le temps”, “c’est trop compliqué pour moi”, etc). Tout le monde a les moyens d’investir, même en partant de quelques euros. Faites-vous confiance.
  2. Formez-vous : Pendant notre parcours scolaire, nous n’avons malheureusement pour le moment pas d’éducation financière. Ni à l’école, ni pendant les études supérieures. La meilleure solution pour faire les bons choix ? Vous former, via des livres, des podcasts, des formations spécifiques adaptées à vos besoins.
  3. Cadrez le sujet :  L’approche financière nécessite une certaine structuration. Ce n’est pas quelque chose que l’on fait au feeling, en y allant au petit bonheur la chance. Prenez le temps de cadrer votre besoin, vos envies, votre profil d’investisseur. Cela sera votre socle pour avancer sereinement ensuite
  4. Diversifiez vos placements : Comme on le dit souvent, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Une stratégie efficace est une stratégie avec des objectifs clairs où vous diversifiez vos placements (immobilier locatif, obligations, ETF, fonds spéculatifs, les fonds de private equity, les hedge funds, les œuvres d’art, SCPI, placement en tant que Business Angel, etc…). L’idée ? Diminuer les risques et avancer sereinement. Si un des placements ne fonctionne pas, vous en avez d’autres sur lesquels vous appuyer.
  5. Suivez le sujet rigoureusement : Il est également essentiel de suivre l’évolution de vos placements de manière régulière. Prenez un outil sur lequel vous pouvez tout suivre ou créez votre propre outil (un fichier Excel peut être par exemple amplement suffisant). Vous pourrez ainsi avoir une vision d’ensemble claire, et ajuster votre stratégie à tout moment. 

Sachez que dans notre formation START (conçue pour vous aider à vous lancer dans l’investissement), nous vous fournissons deux fichiers : un fichier de suivi des investissements, un fichier de bilan de son matrimoine (ou patrimoine). Nous avons également publié un livre aux éditions Hachette pour vous permettre de bien appréhender le sujet.

6. Démarrez le plus tôt possible : On vous en parlait dans notre guide sur les intérêts composés. Le concept ? Il vaut mieux investir un peu et régulièrement très tôt que tard et beaucoup.

Bon à savoir : Lorsque vous définissez votre stratégie financière, il est clé de se reposer sur la pyramide du patrimoine. Elle se compose de 5 pièces : la résidence principale (le socle), l’épargne de précaution, le fonds en euros, la bourse et l’immobilier, les placements alternatifs. Pour tout comprendre au concept, rendez-vous sur notre guide à la pyramide de l’épargne.

Quel niveau de richesse vous faut-il pour être indépendant·e ?

En d’autres mots, combien d’argent faut-il ? Il faut que cette somme soit investie sur un placement avec peu de risque, donc avec un rendement faible pour en vivre dans la durée. On parle d’un rendement annuel d’environ 4 % dans le meilleur des cas. Dans les pires des cas, les plus conservateurs, on est plutôt à 2 %.

Pour connaître le capital à placer, il suffit de prendre votre salaire, de le multiplier par 25 (pour un rendement à 4 %) et vous obtiendrez ainsi la rente annuelle qui pourrait remplacer votre salaire.

Envie de gagner 50 000 € par an ?

50 000 € x 25 = 1 250 000 €

Cela signifie qu’il faudrait placer 1 250 000 € à un rendement de 4 % net.

Pour gagner la même somme avec un rendement de 2 %, il faudrait placer 2 500 000 €. Une somme importante, n’est-ce pas ? Et encore, nous avons négligé les impôts pour le raisonnement.

L’immobilier : un levier incontournable pour atteindre la liberté financière ?

Pour atteindre cette liberté tant désirée, pas de secret : ils·elles ont pris un maximum de risques et sont passé·e·s à l’action autant que possible. Un but commun les rassemble et les pousse à l’action pendant plusieurs années : vivre sur les loyers de leurs investissements et dégager des milliers d’euros chaque mois. L’investissement immobilier devient alors « un deuxième emploi ». Visiter, regarder les annonces, suivre les travaux : c’est une activité extrêmement chronophage.

3 stratégies pour des bons rendements rapidement

Voici 3 exemples de stratégies qui comportent bien entendu des risques mais permettent d’obtenir de bons rendements rapidement : 

  • Acheter un bien pour le mettre en location de courte durée
  • Acheter des immeubles entiers à rénover (plus accessibles qu’on ne le pense)
  • Acheter une surface plutôt grande et la diviser pour la revendre ou la louer. 

Témoignage : Hélène, fondatrice de FEMCA a acheté son premier immeuble

Post LinkedIn Hélène Gherbi

Femca c’est la contraction de Femmes et Capital. Et ce n’est pas anecdotique. Découvrez notre womanifesto pour en savoir plus.

Beaucoup s’abstiennent d’investir par peur de perdre de l’argent. Pourtant l’inflation érode notre pouvoir d’achat chaque année à coup sûr.

Mais ce n’est pas tout. Investir chaque année, quand le risque est maîtrisé, permet de se créer un complément de revenus qui va pouvoir augmenter. 

Ce complément de revenus pourra te servir pour compléter une retraite, pour levier le pied dans ta carrière ou simplement pour avoir une plus grande liberté financière. Tu choisis à quels projets le dédier.

Ne pas investir, c’est se priver de ces moyens, autrement dit plusieurs dizaines de milliers d’euros à l’échelle d’une vie. On détaille ces notions dans la page de START.

Nous ne faisons pas de conseil en investissement. Nous te donnons les clés pour avoir un esprit critique, des outils et des ressources pour t’aider à mieux comprendre le monde de l’investissement. Nous fournissons aussi un espace d’échange avec d’autres femmes sur les finances personnelles.

Cependant, nous ne connaissons pas les situations personnelles de chacune de nos clientes. Ainsi, nous ne ferons jamais de recommandation personnalisée et nous n’investirons jamais à ta place.

Si tu as besoin d’une telle prestation suite à une formation chez FEMCA, nous serions en mesure de te mettre en relation avec une conseillère en gestion de matrimoine.

Nos formations s’adressent aux femmes, sans prérequis de connaissances, de parcours ou de moyens financiers. C’est le rôle de FEMCA que de simplifier les notions financières pour qu’elles deviennent accessibles. Le meilleur conseil que l’on puisse te donner, c’est de venir comme tu es. 

Pour tirer le maximum de nos formations, nous te recommandons toutefois d’être dans une situation financière stable en ayant une capacité d’épargne mensuelle. 

Pour notre programme START, tu découvriras certaines solutions d’investissement qui permettent d’investir à partir de 100 euros par mois et qui correspondront peut-être à ton profil.

Pour ce qui est de nos programmes de formations immobilier DARE et GROW, nous te recommandons de consulter ta banque et de vérifier ta capacité d’emprunt avant de commencer le programme. En cas de difficulté pour emprunter, nous pouvons échanger pour voir s’il existerait d’autres solutions.

A l’origine de FEMCA il y a la volonté de fournir une éducation financière inclusive mais aussi objective et donc indépendante. Notre mission est de t’offrir une vision non biaisée de toutes les options qui s’offrent à toi quand tu veux investir.

Ensuite, c’est à toi de faire tes choix. Nous ne vendons aucun produit financier et ne recevons aucune commission d’acteurs financiers dans le cadre de nos formations. Aucun de nos contenus n’est sponsorisé, que ce soit dans nos newsletters, nos webinars comme nos formations.

Nous sommes 100% indépendant·es. 

FEMCA est née pour lutter contre une inégalité économique : l’écart d’investissement entre les hommes et les femmes. Les hommes gagnent plus que les femmes et cette inégalité de revenu est renforcée par une inégalité patrimoniale : les femmes investissent beaucoup moins que les hommes. 

Ainsi, on parle de triple peine des femmes :

  • elles vivent plus longtemps (avec plus de projets à financer)
  • gagnent moins (17% en moyenne)
  • ont un matrimoine plus faible (-40% à la retraite)

Ces 3 facteurs aggravent la précarité économique des femmes contre laquelle nous luttons. Dans toutes nos formations, tu retrouveras une approche féministe et engagée des finances personnelles. Tu trouveras aussi de nombreuses remarques sur l’investissement responsable, car l’écologie nous tient aussi à cœur. 

Qui a dit que l’on pouvait s’engager sur un unique sujet ? Il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale et cela passe aussi par l’investissement.

Tu trouveras plus d’informations en lisant notre womanifesto accessible ici.

Tout dépend de ton niveau d’implication. Certaines de nos apprenantes font, par exemple, le programme START en 3 semaines. D’autres prennent plus de temps et le réalisent en 6 mois. 
Nous te soutiendrons toujours dans tes projets, mais c’est à toi d’être motrice dans ton apprentissage, car nous n’investirons jamais à ta place.

Le risque de perte en capital existe : lorsque tu investis, il y a toujours une possibilité de perdre une partie ou la totalité de ton capital. Comme personne n’investit pour perdre, il est nécessaire d’apprendre à gérer le risque. C’est pourquoi nous dispensons des formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *